Financement, trois grandes tendances

Participation des entreprises à la formation continue – 2015, Eurostat

Le volume ne fait pas tout non plus

Participation à la formation continue

Avec 55 % de salariés ayant suivi une formation dans l’année, on pourrait s’étonner de voir l’Espagne en tête en regard de son rang dans le financement. On peut l’expliquer par une forme d’obligation à la formation des salariés qu’impose le pays aux entreprises, et des coûts de formation moins élevés.
Norvège (54 %) et Suède (52 %) sont bien placés, mais le Danemark est largement en retrait à 35 %, juste devant le Royaume-Uni.

Avec ses 48 %, la France est juste au pied du podium, et on s’étonne une fois de plus de sa 21e place à l’étude PIAAC. La contre-performance française en termes de chômage, alors même qu’elle est au pied du podium en volume de formation pour les demandeurs d’emploi (19 %) confirme que la quantité ne suffit pas en matière de formation. Comme exposé précédemment, l’adéquation formation/emploi fait souvent défaut dans l’Hexagone.

En termes de dépenses, ce sont les entreprises françaises et danoises qui dépensent le plus comparativement à la masse salariale, si l’on considère l’ensemble de ce que coûte le système de formation. Si l’on resserre le coût aux seuls frais pédagogiques, le Danemark partage le podium avec cette fois le Royaume-Uni et la Norvège.

La France est en tête pour le coût global, mais pas sur le coût purement pédagogique… Espérons que la restructuration resserrée sur l’opérateur France Compétences améliorera cette
« rentabilité pédagogique » qui se situe sous les 25 % (tableau ci-dessous), en- dessous de la moyenne européenne.