La relance par les compétences

Comment doper le potentiel de rebond de la France en adressant un des maux les plus profonds de notre société ?

Le monde d’après

On n’en connaît pas encore les contours, plusieurs années seront nécessaires  pour les dessiner. Réparer ce qui aura été abîmé, bâtir cette part de nouveau  monde qui est dans les esprits. Pour ce faire, la collectivité aura grand besoin de  volonté, d’énergie et de compétences. C’est sur ce dernier point qu’il est urgent  de mobiliser largement.

Les dernières enquêtes menées par l’OCDE, évaluant le niveau des écoliers,  des collégiens, mais aussi celui des adultes, ont confirmé un déficit national de  compétences. Au fil des ans, la France ne cesse de perdre des places dans le  classement des pays membres. Dire que nous savons moins qu’avant est sans  doute faux. Mais les autres progressent et nous ne savons plus suffisamment,  c’est évident. Et dommageable.

Compétence, savoir-faire...

Compétence, savoir-faire… C’est le bien le plus précieux d’une entreprise, sa valeur ajoutée, sa singularité. Un investissement qui se fait au quotidien et pour le temps long, avec une rentabilité indéniable.

Certains freins au développement des compétences sont facilement identifiables : organisation en silo et absence de communication transversale ; monopole décisionnaire ; faible mobilité interne…

Mais développer les compétences est avant tout une affaire de volonté. Celle du collaborateur, et celle du management. Responsabiliser, encourager l’initiative, donner de l’autonomie… Sont autant d’occasion de stimuler à la fois l’envie et le besoin de développer ses compétences

Le collectif et le management, par les émulations qu’il saura générer, joue un rôle de premier plan dans l’épanouissement de l’individu.